mercredi 8 juin 2011

mezeghrane et ses batailles

Mazagran et ses batailles quassette mezeghrane Dans
d'aprés BELKACEM BELHADJ

le poème épique de SIDI LAKHDAR BEKHLOUUF relatant la bataille de Mazagran qui s'est déroulée le douzième jour de Doul el qaada, 26 août 1558, il fait une description saisissante de vérité et de détails des participants et des événements. Cette bataille, où mourut le comte d'Alcaudette et qui s'acheva par la victoire sur les Espagnols, est une page glorieuse de nos ancêtres. Quant à la bataille de Mazagran, en réalité il y en eut trois : la plus célèbre des batailles se déroula en 1558 et nous en connaissons tous les détails grâce à celui qu’on surnommait Meddah errassoul. Men klam Sidi Lakhdar benkhlouf disait : sifi medjerdou ouana nedreb fel a3da //// oue nass feza men chedette el khouf lou chefte massra fi dik lila men djhade///// mekhousse fiha ghir ali abou hassnine men ande koubet bouasria chour el bled//////hetta djihate el kebla matrouhine oue nass fezza men chedet dak etrade///////yelghou elghaite la sabou sadre hnine heda el youm dertha bedjahdi hede el da//////oue rissane fe sma tayrine bouzeloufe a3kbet ba3dhoum djitte anna ouaret////a3kdi mssadjlou mahfoud fi amane hassra a3la denia kli mekenet ///////a3dit chboube seghri fi mezeghrane el moute teba3tni ouel arde el berda ////////tebkaou besslama ya ouelad khlouf A cette époque le Maghreb est affaibli par des rivalités internes au point de ne plus pouvoir résister à la puissance espagnole. De nombreux ports et villes côtières étaient déjà occupés lorsque les frères Arroudj et Kheireddine Barberousse viennent au secours d’Alger en 1516. C’était le cas aussi du port de Mostaghanem qui est longtemps resté sous le feu des espagnols. Jusqu’a ce jour d’août 1558 où la marine espagnole dirigée par le Comte d’Alcaudète affronte la marine algérienne commandée par Hassan Agha, fils de Kheireddine. S'Ensuit alors une sanglante bataille connue sous le nom de bataille de Mazaghran qui se termine par la mort du comte espagnol et de la complète défaite de son armée.Une bataille que Lakhdar Benkhlouf immortalise dans une célèbre quacida qui porte le titre de « Quessat Mezeghran ». Ya fares men temm djit elyoum ghezouet Mezeghrane maâlouma Ya âjlana reyedh elmeldjoum rayet djnab ech’lou mewchouma Ya sayelni ân ttrad elyoum quessat Mezeghran maâlouma . Mazagran, qui vit la défaite des Espagnoles d'Oran en 1558 devant une armée turque, et un célèbre combat entre Français et Arabes en 1840. Plus loin, Hassi Mamèche, ex-Rivoli, et Aïn Nouissy, ex-Noisy-les-Bains. Le commandant en chef, le Dey Kheir Eddine avait chargé Sidi Lakhdar Ben Kheloufd’une mission délicate, d’une responsabilité que seul un commandant courageux et écouté par ses hommes comme Kheloufi pouvait assurer. Grâce à sa foi, son courage et son éloquence il lui était aisé de rassembler les combattants musulmans, d’unifier les tribus arabes,entre autre les tribus béni chougrane au Djihad, à l’exemple du prophète et de ses compagnons en leur temps . la bataille de Mazagran février 1840 Le Ier bataillon Afrique, défendit le fort de Mazagran , près de Mostaganem (Algérie) les 3, 4, 5 et 6 février 1840 contre les attaques de 12000 Arabes commandés par Mustapha Ben Thami, lieutenant d’Abd-El-Kader . L'attaque a duré cinq jours : la force totale est estimée à douze mille hommes, d'après les calculs les plus modérés; il avait avec lui deux pièces d'artillerie. « Le 3 février, entre dix et onze heures du matin, une colonne de huit cents hommes est venue attaquer le réduit de Mazagran... La ville, n'étant point occupée, fut envahie en un instant : une vive fusillade s'engagea de part et d'autre ; l'artillerie ouvrit son feu : la nuit mit fin au combat. Le 4 l, plus nombreux que la veille, l'attaque, qui commença à six heures du matin et dura jusqu'à six heures du soir, et fut encore repoussé avec perte. Le 5, nouvelle attaque, qui eut le même sort que les précédentes. L'artillerie des Arabes ayant fait brèche dans les murs de Mazagran, la garnison profita de la nuit pour réparer les murailles, panser les blessés et se préparer à de nouveaux combats. Enfin le 6 fit une tentative désespérée pour se rendre maître de ce poste : une colonne de deux mille fantassins donna l'assaut ; parvint jusque sur la muraille ;de la entièrement découragé, il se retira, abandonnant l'attaque et ses position garnison, il fut repoussé, tantôt à coups de baïonnettes, tantôt avec des grenades et même a coup de pierre se fut son dernier effort

2 commentaires:

fouad algerien a dit…

salam alikom. svp envoyer moi ton nemero de telephon moi fouad +60173027385 je veu parle avec vous

BELHADJ a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

LA LEGENDE DU BEY BOUCHLAGHEM