mercredi 25 avril 2012

chorfa de sakia hamra (fleuve rouge)


d'aprés BELKACEM BELHADJ
Cette province se distingue par la richesse de son patrimoine historique et archéologique, représenté par de nombreuses constructions et sites historiques. Certains de ces derniers remontent à la préhistoire et d’autres datent du XXième siècle. La très forte présence des communautés soufie dans l’histoire de cette province attire particulièrement l’attention. Cela en fait une région de grande concentration des Zaouïas, la grande zaouia est de l'ordre de sidi abdelkader djillali en particulier sur la ligne qui va de l’oued Sakia El Hamra , jusqu'a l’Oued Draa un chaplet de zaouias
apres la prise de granada un grand nombres de maures andalous ont quitter l'espagne, ont choisi une terre calme de serinité de l'ame, se consacrer a la religion et la priere, de allah sobhanou, ils ont choisi pour retraite cet université religieuse de saquia hamra, et oued draa, des hommes considerables, des savants , des docteurs de reputations dans la science, et dans les lettres, des hommes de priere, parmis eux sont des oualia salihine, qui possedent des miracles, et de don de prescience, entierement vouées a allah sobhanou, se sont les chorfas les mrabtines, ces hommes de foi, ont coraniser les populations du maghreb, enseigner , leurs mission d'aller vers l'est a l'ouest et le centre de l'algerie, c'est grace a eux que devait revenir tout, l'honneur de l'islamisation, ses élu de allah.

cette catégorie de chorfa originaire de saquia hamra le fleuve rouge d'aprés les historiens c'est bien le lieu des nobles qui peuplerent l'algerie en cet epoque, la genealogie des chorfa remonte a sidna idriss 1er ,et puis idriss deux ,par ses enfants,

Idriss II laissa douze enfants : Mohammad, Ahmed, Abou-el-Kacem, Amran, Omar, Ali, Aissa, Yahya, Hamza, Abd-Allah, Daoud et Kheither. L’aîné Sidi Mohammad resta à Fez et fit le partage des autres villes entre ses frères sur ordre de sa grand-mère Kenza.
A Ahmed :Habta avec ses montagnes et ses dépendances
A Abou-el-Kacem :Ceuta et sa banlieue
A Amran : Dados et sa banlieue
AAmar ou Omar: Tedjehassa et ses dépendances
A Ali : Tafilalet et ses dépendances
A Aissa et Yahia Marrakech et ses environs
A Hamza et Abda Allah :Taadla
A Kheither : Malaga et Grenade ainsi qu’une partie du Djebel el Fath.( Gibraltar)
Au cours des siècles qui suivirent leurs descendants ont été repartis dans tout le Maghreb. Citons les principaux :
Les Beni Djermoun sont les habitants de Fez. Une de leur fraction habite a Figuig, l’autre dans la ville de Tlemcen.
Les Sak’Fiyoun habitent eux aussi Figuig , leur ancêtre ayant bâti une maison en dur avec un toit ( Sakkaf ) d’ou leur dénomination.
Les Oulad Mimoun se repartissent chez les Beni Ysnas, une dans la montagne de Beni Snous (Wilaya de Tlemcen) Les Beni Toudghir formaient une tribu nomade parmi les Arabes du Maghreb. Ils avaient cent vingt-quatre cavaliers. Ils habitaient à Tames et Doukkala province très fertile dans le Sud Marocain. La majorité des autres descendant habitent Figuig et sa région, tandis que les Bani Hamza habitent Constantine , les Beni Hamza habitent Ksar El Hadid prés de l’oued Meguarra. Les Ouled El Kadi par contre habitent Biskra. Les Ouad Harfad sont localisés dans le Djebel El Alaam prés de Tetouan une autre fraction réside à Marrakech, une autre à Tlemcen et Tunis. Leur ancêtre est Abdessalam Ben Mechich célèbre Saint marocain mort en 1227 de J-C et enterré au Djebel El Alam.
Les Ahl Wazzan campent surtout à Angad chez les Bani Horma. Les Bedriyite descendent de Hamza Ben Idriss et habitent Tlemcen , une de leur fraction se trouve à Sakiet El Hamra une autre dans le Djebel Ammour ( prés d’Oran). Les Beni Ziane habitent Tlemcen, une de leur fraction les Oulad Chaieb mène une vie nomade dans le Sud Algérien, une autre parmi les Arabes nomades de Tunisie. Sidi Abd Allah Ben Hussein enterré à Tamessmouda tire son origine de Massmouda ; il est l’ancêtre de plusieurs chorfas.

nous constatons que cette grande zaouia de saquia hamra en cet epoque etait le point de rencontre de tous les oualia salihine qui sont passer par la grande ecole de saquia hamra, l' université des sciences religieuses qui a fait des hommes de priere des elus d"allah, des vrai mrabtines qui eux meme ont enseigner le coran a des populations , leurs missions etaient de faire passer le message d"allah sobhanou.



6 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour, seriez-vous me dire s'il existe un lien avec le chorfa de Sakia Hamra et le famille El hamri ?

Merci pour votre réponse

Bela Mi a dit…

Est e qu'il y'a un lien entre la famille KHALDI et les chorfa ? J'ai entendu dire qu'ils étaient originaire de saquia El hamra SVP répondez

Lahcen Aliliche a dit…

Je porte le nom el morabetti hachlafi de oulad chaiebbi

Lahcen Aliliche a dit…

Je porte le nom el morabetti hachlafi de oulad chaiebbi

Salem Guerbouj a dit…

Je porte le nom de guerbouj. Je suis de tunisie. Mes parents me disent que nous sommes chorfas. Pourriez vous svp me dire si nous sommes originaires de seguia hamra? Certains membres de ma famille l'affirment et un grand merci

Anonyme a dit…

SAlam

Me trouvant devant un grand probleme de destination des chorfas de Tlemcen expulsés par les derniers zianides vers plusieurs contrées d'Algerie dont une fraction se trouve au sahara.
d'apres certains ecrivains cette fraction se trouve au Sahara Occidental,par contre d'autres sont evasifs.

Afin de vous éclairer un peu plus et dans l'espoir de trouver une bonne réponse je vous cite un passage sur mes ancetres ecrit en 1678 par le Docte Savant Al Achmaoui

( Les Aouled Qaid ben Yala ben Salem se sont installés en Kabylie une de leur fraction est dans le Sahara )

cette histoire remonte au 15 eme siecle

Voila mon probleme,dont j'espere par le biais de votre site avoir une réponse plausible

je vous remercie beaucoup.


LA LEGENDE DU BEY BOUCHLAGHEM